Accueil
 > Accueil
     Conseils pour la programmation

Généralités La programmation
Les variables Le nom des fichiers
Les fichiers indispensables Exemple de fichier REGISTER.TXT
La compression des fichiers La compression de l'exécutable
L'installation Les protections anti pirate
Les problèmes de fonction. et d'installation Le Shareware
L'impression L'écran d'accueil du programme
La souris Windows
Tester votre programme La gestion des erreurs
La numérotation Le CD-ROM
Le N° de licence La documentation et l'aide
Le compilateur d'aide de Windows Se faire aider
Derniers conseils

Généralités

Ne comptez pas votre temps ! Un développement sérieux en demande beaucoup. En fait, un logiciel informatique n'est jamais terminé. Au fil des mois et des années, les mises à jour se succèdent avec à chaque fois leur lot d'améliorations.

Pendant la phase de conception, soyez conscient que votre création doit avant tout plaire aux utilisateurs (avant vous). Si vous avez la chance, ce n'est pas toujours le cas, de penser comme les utilisateurs, alors votre produit sera parfait. L'on rencontre pourtant encore de nombreux produits qui trouvent grâce aux yeux de leurs concepteurs mais pas à ceux des utilisateurs et qui ne sont toutefois pas dénués d'intérêt au niveau des fonctionnalités. La raison est souvent liée à l'ergonomie, à un mode de fonctionnement désuet, à une syntaxe lourde et difficile à mémoriser... Ces logiciels font d'ailleurs souvent l'objet d'add-in destinés à en améliorer l'ergonomie.

Nous sommes des programmeurs expérimentés ou moyennement expérimentés, mais, nous n'avons pas avec nous toute la structure d'un grand du logiciel. Cela veut dire que, dans une certaine mesure, nous sommes amenés à faire beaucoup plus d'erreurs.


La programmation

Pour éviter tout problème, utilisez un compilateur récent et d'un éditeur connu. Peu importe le langage, à partir du moment ou vous pratiquez une programmation structurée. N'espérez pas mener à terme un projet de plusieurs milliers de lignes si vous n'adoptez pas une méthode de programmation. Rédigez un cahier des charges, un descriptif des écrans et des fichiers avant de commencer à programmer.

Pour gagner du temps et des erreurs, n'hésitez pas à utiliser des routines toutes prêtes (gestion de l'écran, du clavier, des fichiers, des bases de données...) bien que cela soit un très bon exercice de style que de réinventer la roue.

J'écris plus haut peu importe le langage : en fait cela dépend de votre application. Un logiciel de jeu (avec sons et graphiques sophistiqués) ou de télécommunication devra être très rapide. L'assembleur et le C sont bien adaptés. Vous avez aussi la possibilité d'écrire les routines critiques en assembleur ou C et le reste du programme dans votre langage favori.

Evitez de commander directement les périphériques en utilisant directement les interruptions ou en court-circuitant l'API, ou en ne respectant pas les conseils de l'éditeur. Votre logiciel fonctionnera sur votre ordinateur et avec votre système d'exploitation, mais aura beaucoup plus de chance de se bloquer sur une autre configuration.

Si vous voulez que votre logiciel tourne sans problème sur des réseaux, vous devez gérer le partage des fichiers en prévoyant cette éventualité.


Les variables

Un projet de plusieurs milliers de lignes se transforme vite en labyrinthe si l'on n'y prend pas garde. Vous souvenez-vous à quoi sert telle variable après plusieurs mois sans avoir modifié votre programme ?

Une bonne méthode consiste dès le départ à se créer un document des variables avec leurs noms et leurs utilisations ainsi que leur champ d'activité (global, module, local). Une seconde méthode, qui est complémentaire de la première consiste à utiliser des noms de variables cohérents et mnémoniques.


Le nom des fichiers

Le nom de l'exécutable doit être en rapport avec le nom de votre logiciel ou, c'est le mieux, porter le même nom. L'utilisateur ne doit pas être désorienté par des noms différents.

Les autres fichiers doivent porter des noms et surtout des extension explicites. Par exemple :

L'utilisateur doit pouvoir trouver facilement un fichier parmi la liste et l'identifier rapidement. Pour cela, vous pouvez inclure un fichier FILE.LST qui contiendra une liste des fichiers avec à chaque fois un bref descriptif.

Si vous voulez éviter les problèmes de diffusion sur CD-ROM, respectez la norme ISO 9660. Cette norme définit le format High Sierra utilisé par les CD. Evitez les noms de fichiers avec les symboles suivants $ & ! - { } ( ) et autres caractères bizarres et remplacer le tiret - par le tiret du bas _


Les fichiers indispensables

Le fichier FILE_ID.DIZ. est utilisé par les BBS mais aussi sur les CD-ROM pour créer rapidement un index de tous les programmes distribués. Ce qui permet des recherches rapides. Il doit faire au maximum 12 lignes de 45 caractères et être sauvegardé en ASCII 7 bits (c’est à dire sans accents). Il ne doit pas comporter de lignes vides et ne doit pas compressé dans l’archive de façon à pouvoir être consulté facilement (des utilitaires sont chargés d’aller chercher dans le fichier zip le file_id.diz pour créer automatiquement un index).

Ce fichier est très important car c'est souvent lui que les utilisateurs liront en premier. Il faut donc en un minimum de lignes, décrire votre logiciel et donner envie de l'utiliser. Pensez à y inclure des mots clés utilisables et connus de tous de façon à faciliter les recherches. Un bon exercice de résumé !

Le fichier FILE.LST donne la liste de tous les fichiers distribués, accompagné à chaque fois d'un bref descriptif. L'utilisateur, mais aussi le distributeur pourront ainsi vérifier qu'ils sont bien en possession de la totalité des fichiers.

Le fichier LISEZMOI.TXT (README.DOC), donne en général à l'utilisateur, les renseignements quant à l'installation du logiciel et à sa première utilisation et d'autres informations utiles.

Le fichier INSTALL.EXE pour installer et configurer le logiciel.

Le fichier VENDOR.TXT qui donne aux distributeurs les conditions de diffusion de votre logiciel.

Le fichier REGISTER.TXT. Texte (formulaire) à imprimer par l'utilisateur désirant s'enregistrer.

Le fichier UPDATE.TXT donne la liste des modifications, corrections et améliorations par rapport aux versions précédantes. L'idéal étant d'indiquer à chaque fois le numéro de version et la date.

Le fichier MONSITE.URL si vous avez un site Web. L'exécution de ce fichier entraîne la connexion automatique de l'ordinateur à l'Internet et l'accès à votre site.

Il existe un excellent freeware français (AFAS_ID de Pierre Yves DUCAS) chargé de vous aider à générer les fichiers d'accompagnement de vos logiciels. N’hésitez pas à l’utiliser.

http://perso.club-internet.fr/pducas


Exemple de fichier REGISTER.TXT

Enregistrement de XXX version XXX

Votre adresse

Nom et prénom : ........................................................................................................ 

Adresse : ................................................................................................................... 

................................................................................................................................... 

Code postal : ....................... Ville : ........................................................................... 

Téléphone et Fax : .................................................................................................... 

E-mail :  : .................................................................................................... 

Autres (facultatif)

Nom du diffuseur par lequel vous avez eu ce logiciel : ........................... 

Vous avez eu ce logiciel sur Disquette  CD-ROM  par téléchargement 

Vos suggestions remarques et critiques : ............................................... 

............................................................................................................... 


La compression des fichiers

Sur la disquette, la compression des fichiers est idéale pour la distribution en shareware et freeware. L'on trouvera sur la disquette un seul fichier pour le programme. L'idéal est un fichier auto-décompactable qui créé automatiquement les répertoires.

La compression des fichiers est aussi intéressante pour une diffusion commerciale. Cela permet de diminuer le nombre des disquettes et par là même le coût de la distribution.

Sur Internet, elle permet de diminuer les temps de téléchargement. L’idéal étant un fichier auto-extractible et auto-installable. Cela évite des difficultés comme l’utilisation d’un décompresseur qui pose problème à de nombreux utilisateurs.


La compression de l'exécutable :

Il existe des utilitaires qui permettent de compresser un exécutable (Dos et Windows) en le rendant auto-extractible. J'en connais deux (pour Dos) qui sont des freewares. Ce sont LZEXE et DIET. DIET possède même une API pour la programmation. Ils permettent sur des fichiers importants d'obtenir des taux de 50 % et plus de compression.

Pour Windows 16 & 32, vous trouverez sur Internet un logiciel (payant) appelé Shrinker capable de compresser des exe jusqu'à 70 % de leur taille. http://www.blinkinc.com/

L'avantage de la compression de l'EXE est de rendre sa modification par l'utilisateur plus difficile, mais malheureusement pas impossible.

Attention tout de même à leur utilisation. J'ai vu dans certain cas des systèmes se bloquer car ils étaient incompatibles avec ce genre de fichiers.


L'installation

Avec une diffusion commerciale, une procédure d'installation est l'idéale et pratiquement obligatoire. Le programme d'installation est très important. Il doit être très simple d'utilisation et complet. N'oubliez pas qu'il est l'ambassadeur de votre logiciel et que la première impression doit être la bonne.

Un programme d'installation doit pouvoir fonctionner indifféremment à partir de tous les lecteurs. Le nom du programme d'installation doit être INSTALL.EXE ou SETUP.EXE, ce sont les noms de fichiers les plus répandus.

Si votre programme d'installation ne fonctionne qu'à partir des lecteurs de disquettes, il doit fournir un message d'erreur s'il est lancé à partir du disque dur. L'idéal est qu'il fonctionne quelque soit le support.

INSTALL doit être exécuté à partir de l'unité A: ou B: tapez A: ou B: et entrée puis INSTALL et entrée.

Le programme installé doit pouvoir fonctionner à partir d'un sous répertoire, et doit laisser à l'utilisateur le choix du répertoire d'installation.

Le programme d'installation doit prévoir les réinstallations avec une option du genre :

INSTALL a détecté une version existante du programme sur votre disque dur, voulez-vous :

En cas de réécriture d'un fichier par dessus un autre, prévoir le message :

Le programme d'installation doit comporter une procédure de désinstallation (surtout pour Windows).

Il doit aussi tester la place restant libre sur le disque dur et avertir l'utilisateur ci celle-ci s'avère insuffisante. L'installation doit pouvoir néanmoins se poursuivre, certains vieux compresseurs de disques renvoyant des informations qui sont fausses (sous Dos uniquement).

Si des manipulations portent sur la base de registre ou des fichiers .INI, pensez à bien les restaurer en cas de désinstallation.

De la même façon, si votre logiciel doit installer des fichiers en dehors de son répertoire de travail principal, ce qui se passe parfois pour Windows pour les fichiers .INI ou .DLL, donnez en la liste à l'utilisateur.

Dans le cas du freeware et shareware, le mieux et de compacter vous-même votre logiciel en un seul fichier, auto-décompactable.

Le programme d'installation doit permettre l'installation sur tous les lecteurs existants (C: D: ...).

Si vous avez deux versions différentes de votre logiciel, une avant et une autre après le paiement de la licence, prévoyez une procédure de mise à jour. De cette façon, l'utilisateur n'aura pas à effacer l'ancienne version.

Vous trouverez, sur le site de l’Annuaire du shareware, dans la rubrique programmation, des logiciels d’installation prêts à l’emploi. Vous y trouverez aussi des utilitaires pour créés des patchs de mise à jour !


Les protections anti pirate

La première version de mon logiciel comportait une protection logiciel contre les copies prohibées. Pendant l'installation, le programme demandait à l'utilisateur son nom et son adresse et inscrivait les informations sur la disquette. Si l'utilisateur essayait d'effacer ces informations le programme refusait alors de fonctionner. Comme la plupart des utilisateurs bêtas (j'allai écrire un autre mot moins correct !) bidouillent les disquettes sans faire de double, cela ma valu plusieurs réclamations à moi comme à mon éditeur. J'ai donc décidé, à mon plus grand regret, d'enlever toute forme de protection.

Par contre, pour les versions commerciales de vos logiciels, vous pouvez adopter comme moyen de protection la clef électronique (dongle). Le prix du logiciel et les enjeux ne sont pas les mêmes. Le rapport qualité prix est excellent. L'on trouve des clefs de qualité pour environ 200 francs TTC. Le déplombage est rendu pratiquement impossible d'autant qu'il y a des possibilités de cryptage des fichiers.

Evitez de protéger l'exécutable contre les modifications. C'est ce que j'ai fait au début. J'ai reçu des courriers de personnes se plaignant que le programme ne fonctionnait plus. J'avais programmé un message d'erreur disant que le fichier .EXE avait été modifié (la vérification se fait par une lecture du fichier et calcul de CRC) et le programme refusait de fonctionner. Maintenant, je continue de vérifier le fichier avec un calcul de CRC mais je ne fais pas stopper le programme en cas de modification. Je me contente d'afficher un message d'avertissement à l'utilisateur. Pourquoi :

Si, vous voulez néanmoins dissuader les pirates sans pour autant rendre la copie impossible, vous pouvez utiliser les méthodes suivantes :


Les problèmes de fonctionnement et d'installation

Prévoyez un fichier d'aide en ASCII. N'oubliez pas d'y inclure votre adresse.

Exemple de texte pour résoudre les problèmes :

Pour m'aider à résoudre votre problème prière de répondre à ce questionnaire.

Votre adresse

Nom et prénom : ........................................................................................................ 

Adresse : ................................................................................................................... 

................................................................................................................................... 

Code postal : ....................... Ville : ........................................................................... 

Téléphone et Fax : .................................................................................................... 

E-Mail : ...................................................................................................................... 

VOTRE MATERIEL

Votre configuration :

Votre ordinateur :

80286  80386  80486  Pentium  Ram : .........

Ecran : LCD  14'  15'  17' 

Disque dur : Mo : ..............

Carte son  Lecteur de CD-ROM  Autres :........................................

Imprimante : Aiguille  Jet d'encre  Laser  Autre (précisez) : ...........

DOS utilisé avec version : ............. Windows  Version : ..........

Utilisez-vous un réseau :

oui  non  si oui son nom : .................................

L'installation s'est elle déroulée jusqu'à son terme oui  non 

Si "non", précisez le moment précis ou survient le problème :

Le programme se lance-t-il correctement jusqu'à l'écran principal oui  non. 

Si "oui", expliquez clairement où, par la suite survient le problème, et indiquer le message d'erreur.

POUR ESSAYER DE RESOUDRE LE PROBLEME PAR VOUS-MEME :

1 Vérifiez votre système avec un anti-virus en démarrant l'ordinateur à partir d'une disquette système saine.

2 Vérifier votre disque dur avec un utilitaire afin d'éliminer les secteurs défectueux.

3 Refaire une installation complète du programme après avoir pris soin d'effacer entièrement l'ancienne version.

4 Ne pas modifier les fichiers.

5 Ne pas changer le nom des fichiers.

6 Respectez les noms des répertoires.

7 Avez-vous bien installé le logiciel à partir du programme d'installation. Une installation manuelle ne fonctionne pas.


Le Shareware

Il existe, au niveau programmation des spécificités propres aux logiciels distribués par ce mode. En général, le premier écran mais aussi parfois le dernier, rappellent les principes du shareware et incitent l'utilisateur à payer la licence. Ils sont très importants dans leur contenu et ne doivent pas laisser l'utilisateur dans le doute quant au principe du shareware. Le message doit être sobre, efficace et respecter les utilisateurs sans mettre en doute leur moralité. Le contraire n'aboutirait pas au résultat voulu.

Ces écrans doivent pouvoir être désactivés par l'utilisateur lui-même à l'aide du code que vous lui aurez envoyé suite au paiement de la licence. Vous devrez donc prévoir dans votre logiciel une boite de dialogue ou l'utilisateur pourra rentrer son nom et son code afin de les faire disparaître.

Le code peut être calculé à partir du nom et du prénom de l'utilisateur. L'algorithme utilisé pour son calcul doit être suffisamment complexe pour éviter toute fraude. Le mieux et de le construire autour d'une fonction aléatoire. La clé ainsi construite n'étant pas fixe, cela rend pratiquement impossible la fraude. Pour éviter toute tentative de reconstitution de la clé, faites disparaître l'accès au module d'enregistrement (il ne sert plus) dès que l'utilisateur aura tapé son code.

Exemple de premier écran (c'est celui de mon programme de numérologie) :

Exemple de dernier écran (toujours le même programme) :


L'impression

Mes programmes Dos n'impriment pas de graphiques ou peuvent s'en passer, ce qui facilite beaucoup les choses. Un driver Epson, IBM, HP LaserJetet et Deskjet, plus un driver générique le plus simple possible sont largement suffisants. Je n'ai eu que de rares réclamations à ce propos. Par contre, dans la documentation, j'explique avec précision à l'utilisateur comment créer lui-même un driver.

Votre programme doit pouvoir fonctionner avec les différents formats de papier (11' et 12' et 21 x 29,7) et les différentes méthodes d'alimentation (manuelle, listing ou bac à feuilles).

Si vous gérez vous-même l'impression et que l'utilisateur à la possibilité de l'arrêter n'oubliez pas d'envoyer le code pour éjecter la page. Ceci est surtout valable pour les imprimantes laser.

Si votre logiciel fonctionne sous Windows, le problème des drivers d'impression ne se pose normalement pas en théorie. Dans la pratique ce n'est pas toujours vrai, des drivers étant parfois bugués.


L'écran d'accueil du programme

Pour les utilitaires et logiciels bureautiques, évitez les introductions un peu lourdes du genre petite musique, à la sonorité aiguë et qui dure 1 minute ou plus. Il n'y a pas plus désagréable d'avoir à attendre qu'un logiciel veuille bien vous laisser la main.

Pour le reste, c'est une question de goût. Pour ma part, je préfère la sobriété.


La souris

Evitez de restreindre les mouvements de la souris dans des zones écran. L'utilisateur doit être libre de balader son pointeur où il le veut à l'écran. A vous ensuite de programmer en conséquence.

Evitez sauf exceptions (dessin...) de rendre son utilisation obligatoire. Le clavier a encore des adeptes et il faut pourvoir quitter un programme normalement quand la souris refuse de fonctionner.


Windows

Si votre programme fonctionne sous Dos, vérifiez qu'il fonctionne normalement à partir de l'environnement. Prévoir aussi une icône qui symbolisera votre programme dans Windows et éventuellement un fichier .PIF (pour Windows 3.XX).

Si votre logiciel fonctionne directement sous Windows :

Prévoir un programme de désinstallation. Il n'y a rien de plus désagréable que de voir son disque dur (le répertoire de Windows) encombré de fichiers dont on ne sait plus ou pas à quel programme ils appartiennent.

Avec l'apparition de Windows 95/98 qui est un système d'exploitation à part entière, l'on est en droit de penser que les programmes Dos vont disparaître à moyenne échéance. A vos claviers pour la transposition sous Windows de vos programmes !

Normalement, un logiciel écrit pour Windows 95 doit fonctionner sans problèmes sous NT et sous Windows 98. Faites attention, ce n'est pas toujours les cas. Des petits disfonctionnement peuvent apparaître.


Tester votre programme

La phase normale de test passe d'abord par une série de jeux d'essais que vous réaliserez seul.

Par la suite, la meilleure façon de tester votre programme sera d'utiliser des bêta-testeurs. Il va falloir rendre votre logiciel idiot proof. Il faut aussi faire l'essai du logiciel sur des configurations matérielles différentes. La meilleure méthode consiste à mettre à contribution tous vos amis équipés d'ordinateurs.

Si vous êtes sur l'Internet vous pourrez diffuser rapidement les versions successives de vos bêta et avoir un dialogue utilisateur / auteur assez rapide.

N'oubliez pas non plus de le faire tester, installation comprise, par des personnes ne connaissant rien aux ordinateurs. Des surprises en perspectives !

Pensez aussi aux erreurs liées au matériel. Il m'est arrivé d'envoyer toute une série de disquettes ou des fichiers étaient abîmés suite à un plantage de mon disque dur. La série de tests que j'avais effectués n'avait pas été suffisante pour déceler ce problème.


La gestion des erreurs

La phase de test est très importante à ce niveau, car elle permet de détecter les erreurs courantes qui seront provoquées par les utilisateurs mais aussi car elle va vous permettre de déterminer la teneur des messages écrans. Soyez clair et succinct. N'oubliez pas de prévoir une échappatoire pour les erreurs non recensées de façon à ce que l'utilisateur ne reste pas bloqué.

La gestion des erreurs ce n'est pas seulement des messages à l'écran, il faut aussi pratiquer la prévention. Par exemple, si le fichier de configuration de votre logiciel vient à disparaître faites en sorte qu'il puisse fonctionner avec des paramètres par défaut, ou prévoyez le lancement automatique de la procédure de configuration. De la même façon, si une portion du programme disparaît, prévoyez un message écran expliquant que la fonction n'est pas disponible et donnant le nom du fichier à réinstaller.

Certains compilateurs permettent d'intégrer à l'exécutable les fichiers DLL.. Cela évite de nombreux problèmes.

En fait, il faut s'attendre à tout de la part des utilisateurs et particulièrement au pire.


La numérotation

Chaque mise à jour (release) de votre logiciel doit recevoir un numéro différent. En général, il se décompose de deux parties. La première concerne les modifications importantes, et la seconde, les corrections et modifications mineures. Il est aussi intéressant d'associer une date au numéro.

Cette numérotation est importante, pour vous comme pour les utilisateurs. L'utilisateur a ainsi un élément de comparaison entre la version qu'il possède et le dernier numéro connu. De plus, cela vous permet de tenir une liste des modifications et améliorations apportées à votre programme.

Sauf cas particulier (les bases de données et de connaissances), ne sortez pas tous les mois une nouvelle version de votre logiciel. Ce qui laisserait à penser aux utilisateurs qu'ils sont en possession d'une version non aboutie ou imparfaite.


Le CD-ROM

Un petit truc. Votre logiciel sera aussi diffusé sur CD sous une forme compactée mais aussi parfois décompactée. Dans ce dernier cas, l'utilisateur tentera de faire fonctionner votre logiciel directement à partir du CD sans en faire de copie sur son disque dur. Il serait alors judicieux de faire en sorte qu'il fonctionne même si ce n'est pas à 100 %. Pourquoi ? C'est un avantage par rapport aux autres qui ne fonctionnent pas à partir du CD et qui ne seront peut-être pas essayés.

Au niveau programmation, l'on peut rechercher le chemin renvoyé par la variable système TEMP et l'utiliser au besoin pour faire des écritures.

Comment savoir si mon logiciel fonctionnera à partir d'un CD puisque mon disque dur accepte les écritures. Deux solutions :


Le N° de licence

Réfléchissez bien au système de numéro de licence que vous allez mettre en place.

Le mien est le suivant :

Pourquoi utiliser un numéro de licence :


La documentation et l'aide

Si vous diffusez commercialement, il est possible que la documentation soit prise en charge par un professionnel. Néanmoins, vous participerez activement à sa rédaction au niveau du fond, la forme échouant au professionnel.

Pour le shareware et freeware et à moins de ne distribuer la documentation qu'aux titulaires de la licence, votre programme doit être accompagné du fichier XXXX.DOC, prêt à être imprimé et contenant la documentation de votre logiciel.

Votre documentation doit être structurée. Les premiers chapitres doivent être consacrés à l'installation et à la configuration du logiciel. Indiquez clairement la configuration minimale pour le fonctionnement du programme au niveau mémoire, disque et écran, ainsi que la configuration idéale. Indiquez aussi si l'ordinateur doit être pourvu de dispositifs particuliers : MODEM, carte SON, SCANNER, etc.

Il faut être clair précis et concis. Les exemples sont les biens venus. Ayez toujours à l'esprit que votre logiciel ainsi que sa documentation doivent pouvoir être utilisés par n'importe qui. Vous pouvez prévoir en fin de documentation, un chapitre réservé au spécialiste, où vous pourrez parler technique. Vous pouvez aussi la diviser en deux parties, une dédiée aux fonctions de bases, et l'autre aux fonctions avancées.

N'oubliez pas les rubriques messages d'erreurs et solutions, et en cas de problème.

La documentation doit faire l'objet, avec le programme, des essais auprès des utilisateurs afin de la corriger et de l'améliorer.

L'aide intégrée au logiciel doit être contextuelle et s'appelle toujours à partir de la touche F1. Un index doit permettre à l'utilisateur de se déplacer dans l'aide. Le meilleur système d'aide et le plus souple semble être celui construit sur le principe de l'hypertexte.

A noter qu'un bon logiciel doit pouvoir s'utiliser avec un minimum de documentation.


Le compilateur d'aide de Windows

ShareDif a été conçu grâce au compilateur d'aide de Windows version 32 bits. Le programme est distribué avec toutes les versions professionnelles des compilateurs.

Pour créer un fichier d'aide il vous faut un traitement de texte qui exporte au format RTF, utilisé par le compilateur. Les codes sont directement entrés à partir du traitement de texte, sous forme de notes de bas de pages et par une mise en forme particulière des caractères (gras souligné, masqué...) et des paragraphes (paragraphes solidaires...).

Si vous téléchargez et installez sharedif, vous trouverez dans le répertoire HELP, un autre fichier d'aide pour vous expliquer le fonctionnement de ce compilateur. Les sources sont fournies. Le fichier LOGIHELP.RTF avec son fichier LOGIHELP.HPJ. Le résultat final est le fichier LOGIHELP.HLP. Un exemple et des explications pour bien comprendre le fonctionnement du compilateur d'aide de Windows.


Se faire aider

Il existe plusieurs moyens de vous faire aider :


Derniers conseils

Il s'agit avant tout de garder la tête froide, ce qui n'est pas évident, toute création de l'esprit entraînant une certaine exaltation peu propice à la lucidité. En fait, et c'est là une opinion toute personnelle, le temps me semble le meilleur conseiller, surtout en programmation. Plus vous passerez de temps sur un projet, plus vous l'améliorerez et le peaufinerez, et vous prendrez alors de plus en plus de recul par rapport à lui. Le jour ou vous aurez pris suffisamment de recul, vous saurez alors ce qu'il vaut réellement.

La précipitation est très mauvaise, il suffit de regarder l'histoire informatique de quelques grands éditeurs. Beaucoup se sont mordu les doigts après avoir mis sur le marché un produit mal finalisé et plein de bugs. Les pertes en terme de parts de marché, mais aussi financières sont alors très lourdes.


 > Accueil - Courrier <

 © 1999-2001 sharedif.com